• CRÉE TA VIE
Coucou :D
Viens nous rejoindre, on se donne rendez-vous sur la chat box !
Et si tu es nouveau, n'hésite pas à nous rejoindre !! :)

Hello !
Welcome there !
You're on a french website, but you can contact us at the "Guest Part" we can speak English, German or Spanish :)



Partagez | .
 

 {FLASHBACK} Aaaarschloch. [PV Daniel Pechka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 • ADMIN •  Personnel lycée


Voir le profil de l'utilisateur

Liens du Personnage
~ ~:
avatar

• ADMIN •
Personnel lycée
MessageSujet: {FLASHBACK} Aaaarschloch. [PV Daniel Pechka]   Ven 26 Sep - 21:31

« Geh' mal wieder nach Moskau »
With Daniel



Bon, faisons un effort, et évitons de nous étaler sur la matinée de merde, le réveil à quatre heures du mat', les heures passées au bar et la flemme d'aller en cours. Après tout, c'en fut une de plus qui se déroulait comme cela, et si d'un coup, je me mettais à me lever à des heures normales, où irait le monde ? Bon, oui, d'accord, j'avais pensé à être "malade" aujourd'hui, et puis non, il y a que les français qui font ça, les Allemands, ils viennent même avec une H1N1. Et puis, fallait bien que j'aille apprendre à ces petits ignorants ce qu'était la vie : l'allemand. Comment construire leur avenir : l'allemand. Comment parler la plus belle langue du monde : l'alle... Okay je me tais...
Du coup, j'ai encore usé un peu plus l'accélérateur de ma pauvre VW bien brave... Bon, aussi, elle est un peu made in Germany et UN PEU made in München donc elle est UN PEU supérieure !! Oui, j'étais de mauvaise humeur aujourd'hui. Ca change, je ne suis jamais, au grand jamais, de mauvaise humeur.

Arrivé sur le parking, je me garai au milieu ( d'ailleurs, à quoi ça sert les lignes blanches entre lesquelles tout le monde se gare ? Au milieu, il y a de la place aussi... ) et marchai froidement vers la salle des profs. Comme à leur habitude, tous posèrent leurs regards ahuris sur moi, comme si ils n'avaient jamais vu un type blond avec une VW... Je saluai cependant certains de mes collègues, soit pour les conventions ou alors parce que c'étaient des habitués du bar. Ils avaient sûrement remarqué mon humeur massacrante et deviné que je n'avais pas eu le temps d'écouter Rammstein ou Black Messiah ce matin, et que par conséquent, il ne fallait pas m'emmerder. Je marchai donc vers le local de la première heure, balançai un coup de pied dans la porte et fis entrer les élèves. J'entendis derrière moi un vague : « monsieur, il y a une poignée...» puis des étouffements de rire. Je me retournai et leur lançai un regard très sympathique, après quoi ils arrêtèrent immédiatement de rigoler.

- « Ihr könnt sitzen. »*

Tous s'exécutèrent dans un silence de mort. Bien. Je restai une minute immobile pour savourer ce calme éphémère, puis donnai l'ordre d'une voix quelque peu lasse de prendre la suite du cours. On en était à des exercices très simples de prononciation. Niveau bac à sable, du style : "prononcez-moi Rindfleischettiketierungsüberwachungsaufgabenübertragungsgezetz en moins de 5 secondes." A un niveau de simplicité pareil, je ne m'attendais pas à ce que l'élève que j'allais interroger me foute dans une telle rage.

- « Daniel, probiere mal das zu sagen bitte ! »*

Bon, c'est vrai que vu le changement d'expression de son visage, j'aurais du m'attendre à la catastrophe. Mais bon, j'avais un peu d'espoir, vous voyez, juste un peu... Et puis, j'avais fait l'effort de lui demander gentiment, il aurait pu me faire plaisir non ? Mais non.
Déjà, rien qu'à la première lettre, son accent russe épouvantable s'était déjà fait entendre. Il n'avait pas commencé que ça ne ressemblait déjà à rien, il avait roulé le premier R à la russe, je ne parle pas du "fleisch" que... qui était tellement mal prononcé que je ne l'ai pas reconnu, et puis, il s'est emmêlé les pinceaux je ne sais pas où, mais au début du mot.
A ce moment, l'expression de mon visage ne traduisait aucune expression, mais la tension qui régnait dans la classe était la preuve que la plupart des élèves me connaissaient déjà bien. Ils savaient que lorsque sur mon visage, on traduisait « j'emmerde le monde », il en va autrement pour ce qu'il se passe dans ma tête, que je ne peux décrire autrement que par : « STIRB AN EINER GANZ GRAUSAME WEISE MIT BLUT UND EINGEWEIDE ÜBERALL UND DEIN GEHIRN - wenn du noch eins hast - BRENNEND INS FEUER !!! »* J'exagère à peine.

A présent, il régnait un blanc épouvantable. Bon, reprenons les bonnes vieilles méthodes : on respire bien, on ne s'éééneeerve paaaas... On ne prend pas le mec, on ne le jette pas par la fenêtre, on ne lui casse pas la gueule... et le pire, c'est que ce n'était pas la première fois que ses fautes provoquaient chez moi une hémorragie, non, je me souviens bien du début de l'année, quand c'était juste un sale Russe responsable du malheur du monde...

TRADUCTIONS PH. EN ALLEMAND
* Vous pouvez vous asseoir.
* Daniel, essaie un peu de dire ça stp !
* MEURS D'UNE MANIÈRE BIEN CRUELLE AVEC DU SANG ET DES VISCÈRES PARTOUT ET TON CERVEAU - si tu en as encore un - EN TRAIN DE CRAMER DANS LES FLAMMES ! ( Otto ist an angel ♪ )

_ _ _ _________________ _ _ _

présentation liens rps

OTTO HEINRICH GÜNSCHE
« Wollt ihr mich sehen, so schließt die Augen. Wollt ihr mich hören, so lauscht dem Wind... Wollt ihr mich sehen, schaut in die Sterne. Wollt ihr mich hören, kommt an den Fluss. »

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
 • MEMBRE •  Lycée


Voir le profil de l'utilisateur
avatar

• MEMBRE •
Lycée
MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Aaaarschloch. [PV Daniel Pechka]   Sam 27 Sep - 14:22

Pour une fois, la journée commençait bien. Je ne m'étais pas endormi sur mon clavier, et mon front n'était donc pas tatoué façon Azerty. Ensuite, il n'y avait pas de bouchon sur la route, et le train fut pour la première fois à l'heure depuis longtemps. De ce fait, pas besoin de courir comme un dératé jusqu'au lycée. Je pouvais enfin arriver tranquille.









Et puis, première heure de cours : Allemand.

J'aime l'Allemand, c'est une belle langue à mon humble avis. Et puis, il n'y a qu'à voir le succès de groupe comme Rammstein ou Die Artze. Mais bon, moi et l'Allemand, ça ne veut pas. Je ne saurais sans doute jamais prononcer un putain de mot convenablement. Maman, pourquoi tu m'as fait changer de LV1 au lycée, hein ? Qu'elle idée de con t'es passée par la tête ce jour-là... Enfin, là, j'avais cours d'Allemand, et j'pouvais rien y faire.

Le prof arriva, et ne semblait pas d'humeur... Quand est-il d'humeur déjà ? J'oubliais : jamais. Mais bon, ça semblait pire que d'habitude. Qui sait, peut-être que quelqu'un avait critiqué sa tendre Allemagne ? Il ouvrit la porte d'un coup de pied, comme ma mère lorsqu'elle n'est pas énervée. Ou moi. L'être humain et ses manies, à croire qu'on est tous pareils, tout normal... Ce serait malheureusement trop beau. Un gars lui fit remarquer que les poignées existaient, mais cette grande vérité de la vie qui en fit sourire plus d'un - dont moi - ne sembla pas plaire au prof, dont le regard glacial fit taire tous ceux dont un rire s'était échappé de leur gorge. Leurs gorges qui seraient si belles tranchées en deux d'un coup net et précis... Je souris en m'assaillant à ma place, comme "Monsieur Otto" nous l'avait si (trop?) gentimment demandé dans la langue de Goethe. Il nous fit prendre la suite de notre cours, rempli de ses exercices concoctés avec masochisme...

"Rindfleischettiketierungsüberwachungsaufgabenübertragungsgezetz" aussprechen so schnell wie möglich (max 5 Sekunden)

... Ce mot se lit-il de droite à gauche ? Parfois, je me demande si ce ne était pas une bonne idée. À moins que ma prononciation merdique vienne déjà du fait qu'inconsciemment, je lis ceci de droite à gauche ? Je ne sais pas...

Soudain, je vis le regard du prof se poser sur moi.

-Daniel, probiere mal das zu sagen bitte !

Oh merde... J'aurais tellement préféré me faire lacérer par des lames de rasoir neuves avec en fond du Céline Dion, et voir mon sang couler sur le métal en hurlant à la mort que de prononcer ce mot.

-RRRindfleshetteketti...she-sh-chettiketierug...

Je baraguinnais la fin du mot, afin de ne pas m'emmeler encore plus. Putain d'accent, putain de langue, putain de vie. C'est dans ses moments-là que je commence sérieusement à apprécier les math un peu plus qu'à leur juste valeur.

Monsieur Otto me regardais, l'air serein-dérangé d'un psychopathe sur le visage. Cette aura qui signifiait à tous qu'on allait passer un sale quart d'heure. Si avant il n'étais pas déjà très joyeux, maintenant je venais d'enterrer tout espoir que le cours se passe dans de bonnes conditions. Un peu comme lors du premier cours de l'année tient, où il avait terrorisé absolument toute la classe...


//FLASHBACK//

Avant-dernier cours de cette longue journée... Après, une heure de dodo - renforcement en math, pardon-, et j'étais libre. J'avais précédemment eu deux heures de Français, pendant laquelle j'avais préféré me demander si les plaintes de la prof ressembleraient à celles d'un goret qu'on égorge qui on le pendait par les pieds et donnait des coups de poignard dans son ventre plutôt que de m'intéresser à Guy de Maupassant. Et là, j'allais assister à mon premier cours d'Allemand de l'année... Chouette... Une heure de torture pour ma langue trop habituée au Russe. En plus, de ce que j'entendais, le prof était un genre de fou furieux. Mais bon, les gens sont cons, et ce serait tellement plus charmant de les voir tous se jeter du haut d'une falaise et d'assister au divin spectacle de leur organe s'écrasant dans un bain d'hémoglobine... Merveilleux, à en donner le sourire à un dépressif!

Je souriais encore quand un grand blond maussade entra en classe, créant par sa simple présence en silence de mort en classe.

C'est donc le prof d'Allemand ?
Revenir en haut Aller en bas
 • ADMIN •  Personnel lycée


Voir le profil de l'utilisateur

Liens du Personnage
~ ~:
avatar

• ADMIN •
Personnel lycée
MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Aaaarschloch. [PV Daniel Pechka]   Sam 27 Sep - 20:03

« Schlechte Errinerung »
With Daniel



{ FLASHBACK }

Je venais de vivre les 50 pires minutes de ma vie. Du moins, c'était ce que je croyais, mais on ne pouvait pas m'en vouloir de penser d'une telle manière. C'était une classe de plus de trente chieurs, avec laquelle n'importe quel prof aurait pété un câble, alors je vous laisse imaginer ma propre réaction. Ils m'ont fait chier dix minutes, mais je leur ai vite fait comprendre à ma manière que ce n'était pas une bonne idée. Du coup, pendant 40 minutes, j'ai eu l'impression d'apprendre l'allemand à des morts. Quoique ce ne serait pas si mal, de voir des têtes explosées pendues à mes lèvres pendant que j'explique comment on prononce Guten Tag. Ca mettrait quelque peu d'originalité dans ma vie, vous voyez. Toujours est-il que je me suis fait chier à mort et que par conséquent, je n'étais pas de bonne humeur. Surtout qu'il me restait encore deux heures pompantes avant de pouvoir partir; et à chaque fois, c'était une nouvelle classe, ce qui signifie que je ne savais pas à quoi je devais m'attendre. Oui, le début de l'année, je le déteste, l'éradiquer serait une excellente solution, tout comme éradiquer tous ces élèves stupides, surtout ceux qui disent "nationaliteit" au lieu de "Staatsangehörigkeit". Surtout eux.

Je rentrai donc dans la classe avec mon célèbre air maussade collé sur la tronche, comme si je n'en avais rien à foutre de tous ces petits cons - pourquoi "comme si" ? - qui ne sauraient quand même jamais parler un Allemand correct avec leurs petites langues de frenchies à la con.
Je me présentai donc comme à mon habitude, avec un regard le plus psychopathe possible pour dire d'avoir le respect directement. Après, ce qu'on disait de moi, je n'en avais absolument rien à foutre. Du moment qu'on me laissait parler de l'Allemagne tranquillement. Jusque là, le cours avait d'ailleurs bien commencé, c'était un soulagement pour ma petite patience si facilement ébranlée. Mais évidemment, ça ne pouvait pas rester comme ça, non, c'était obligatoire. Espérer donner un cours calme, c'était un peu comme dans une partie de Call of Duty, quand tu vois une dizaine d'ennemis juste devant toi qui ne te voient pas, que tu peux donc tuer, tous, et que dès que tu commences à tirer, un connard arrive derrière toi et te poignarde. Oui, exactement ça.

Sauf que pour une fois, j'ai moi-même foutu la merde. Je parlais tranquillement de culture allemande comme j'aime le faire à mon premier cours, pour dire de signaler à ces cons que "culture" et "allemand" sont quand même compatibles. J'y vins donc, aux festivités en Allemagne, et il a bien fallu que je fasse une connerie.

« Si il y a bien un événement en Allemagne connu, c'est bien l'Oktoberfest, qui se déroule comme son nom l'indique... EN OCTOBRE ! WUNDERBAR SHERLOCK ! Bref, l'Oktoberfest plus connue sous le nom de Fête de la bière, a lieu à Münch...en... »

Je m'arrêtais net, sans savoir ce qui m'arrivais. Puis je compris, mais il était trop tard... A la mention de ma ville natale, ma gorge s'était directement serrée et je sentis directement l'eau monter, l'eau qu'on appelait les larmes, que je tentai en vain de retenir, mais je sentis directement que c'était impossible. Des centaines d'images se mirent à tourner dans ma tête, représentant chacune le fragment d'un souvenir de München, lorsque mon existence avait encore un sens... Que m'arrivait-il ? Il fallait faire quelque chose, et dans la panique, je sortis de la classe en courant. Je refusais de pleurer en public; chez moi avec Kleiner Engel à fond et un drapeau allemand comme mouchoir, pas de problèmes, mais pas devant les gens. Par contre, je regrettai directement d'être sorti comme ça, car directement après mon geste, j'entendis derrière moi les éclats de rire d'une classe entière qui devait certainement penser que ou bien j'allais dégueuler, ou bien que je faisais ça exprès. Je m'arrêtai au milieu du couloir, le visage trempé, et saisis en vitesse un mouchoir. Lorsque je fus à peu près sec, je me retournai et vis des élèves à la porte me regardant curieusement en souriant. Et là, je me suis dit qu'ils allaient payer cher leurs petits rires à la con qui s'échappaient de leur gorge que j'imaginais si bien dégoulinantes de sang après un coup de hache que je leur aurais asséné avec passion.

En voyant que je revenais, ceux à la porte coururent à leur place comme si je les avais pas vu, et un silence de mort s'installa quand j'entrai à nouveau en classe. Je fermai la porte calmement - ce qu'ils ne savaient pas, c'était que des agissements calmes de ma part présageaient une explosion - et ne pétai plus un mot, me contentant de leur distribuer le début du cours comme si il n'était rien passé. Cependant, je les fixais tous dans les yeux d'un regard glacial, car non, ma colère n'allait pas rester sagement au fond de ma gorge, elle ne le faisait jamais, fallait toujours qu'elle sorte. Je pensais toujours à München, à quel point j'aimerais y être maintenant et non pas en compagnie de ces fouteurs de gueule français débiles.

Je me mis donc, d'une voix plus que glaciale, à leur apprendre les salutations de base ainsi que les chiffres de 1 à 5. Et là, catastrophe. J'interroge un gars, n'importe lequel, je prends pas le temps de réfléchir, et lui demande de répéter les chiffres que je viens d'écrire au tableau. Il a pas prononcé le début de "eins" que je sens déjà la colère monter. Il a un accent, un accent que je reconnais. Style slave... Russe !! Mein Gott, pourquoi a-t-il fallu, MAINTENANT, qu'un violeur d'Allemandes se retrouve dans MA classe ?! Puis, il prononça ce pauvre "Zwei" "dzwaïlle", et là, je ne pus me retenir, non, un mélange d'accent russe avec cette prononciation horrible qui écorcha mon oreille pire que 2585 décibels devant mes tympans.

« Arrête. »

C'était sorti tout seul, tellement froidement, au bord des larmes de rage. Heureusement que le "sale Russe" ou "sale criminel" ou encore "sale barbare" n'était pas sorti. Je pris distraitement une innocente feuille posée sur mon bureau et la chiffonnai de toutes mes forces, en serrant les dents. J'avais l'impression que la salle fondait autour de moi. J'entendais le prof d'à côté raconter ses conneries sur le courant romantique, non mais ils savaient pas faire des cloisons plus épaisses, et puis, cette feuille, elle foutait quoi là dans mon chemin ? Elle méritait que de mourir, comme tous ces cons hyper stressés devant moi. Le monde méritait de mourir, mis à part bien sur mon Allemagne, ma belle Allemagne, dont la puissance était la seule qui puisse jamais me soumettre...

« VERDAMMT !!! »*

Je claquai mon poing sur la table tout en hurlant ce mot. Celle-ci émit un grincement désapprobateur, tandis que d'un coup, le prof d'à côté s'était tu. Je respirais fort, mes yeux étaient plus haineux que jamais et mes poings restaient serrés. Sans réfléchir, j'empoignai la grande règle en plastique du tableau et la claquai de toutes mes forces de nouveau sur cette pauvre table, ce qui fit s'élever tous les élèves d'au moins un mètre de leur chaise. La règle se brisa en deux et je jetai les morceaux contre le mur. A présent, je lisais la peur dans les yeux de tout le monde, ce que ça me plaisait. On rigolait moins maintenant hein ?
Tout d'un coup, je me calmai. Mon regard redevint normal et je passais la classe en revue. Mes yeux se posèrent alors sur le Russe. Le plus naturellement du monde, en souriant, je lui demandai :

« Tu peux aller demander une nouvelle règle à la procure s'il te plaît ? »




TRAD. ALLEMAND
* PUTAIN !!!

_ _ _ _________________ _ _ _

présentation liens rps

OTTO HEINRICH GÜNSCHE
« Wollt ihr mich sehen, so schließt die Augen. Wollt ihr mich hören, so lauscht dem Wind... Wollt ihr mich sehen, schaut in die Sterne. Wollt ihr mich hören, kommt an den Fluss. »

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Aaaarschloch. [PV Daniel Pechka]   

Revenir en haut Aller en bas
 

{FLASHBACK} Aaaarschloch. [PV Daniel Pechka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Like a flower [Daniel]
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Daniel Edouard, boxe ayisyen, chanpyon WBA pwa mwayen latin/ameriken
» Invitation au voyage (Daniel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• CRÉE TA VIE ::  :: Lycée Zutry :: Classes-