• CRÉE TA VIE
Coucou :D
Viens nous rejoindre, on se donne rendez-vous sur la chat box !
Et si tu es nouveau, n'hésite pas à nous rejoindre !! :)

Hello !
Welcome there !
You're on a french website, but you can contact us at the "Guest Part" we can speak English, German or Spanish :)



Partagez | .
 

 La Révélation. [PV Otto Günsche]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 • MEMBRE •  Habitant


Voir le profil de l'utilisateur
avatar

• MEMBRE •
Habitant
MessageSujet: La Révélation. [PV Otto Günsche]   Lun 1 Juil - 20:16


D
ans mon lit, je profitais de mes derniers instants de sommeil. 7:00, mon réveil sonna. D'un coup de poing, je le fis taire et enfouis mon visage sous mon oreiller. Cinq minutes plus tard, il re-sonna. Avec difficultés, je sortis de mon lit et allai me passer de l'eau sur mon visage. Je retirai la culotte qui me servais de pyjama et entrai dans la cabine de douche. Une vingtaine de minutes plus tard, serviette autour de la poitrine, je me dirigeai vers mon armoire. Je choisis un haut blanc en dentelle, un slim noir et des escarpins de la même couleur. En vitesse, je pris une tartine dans la cuisine, mon sac, mon manteau et j'étais prête à partir. Derrière moi, je fermai la porte puis descendis les escaliers de mon immeuble. Enfin arrivé au café où je travaillai comme serveuse, je filai dans les vestiaires, enfilai un tablier noir - où figurait le nom du café - autour de ma taille. C'étais parti pour une journée de travail comme les autres.

12:30, l'heure de ma pause. J'enlevai le tablier et filai vers le parc. C'était souvent là-bas que je passais ma pause déjeuné. Mon portable vibrai dans ma poche. Avec un main, je le sortis et lis le sms que l'on venait de m'envoyer. Absorbé par mon portable, je n'avais pas vu qu'un homme se dirigeai dans ma direction. A peine quelques secondes plus tard, ma tête heurta le torse d'un inconnu. Mon portable était tombé par terre et avant de regarder mon interlocuteur, je me baissai et le ramassai. Une fois mon téléphone en main, je levai la tête et reconnus tout de suite ce visage. C'était le nazi que j'avais rencontré quelques jours plus tôt, à la soirée organisée au bord de la mer. Déstabilisée, je reculai d'un pas et le regardai de haut en bas. Habillé, ce n'était franchement pas vraiment la même chose qu'à poil. Mais bon, par politesse, je le saluai.

- Salut.

Toute façon, un simple "Salut" suffisait pour lui. Pendant que je rangeai mon portable dans ma poche, je le regardais dans les yeux, puis observai son physique. Dehors, il cachait sa croix gammée, toute façon, c'était interdit. Par rapport à sa carrure, il était assez musclé. Mais Sapristouille ce qu'il était grand ! Cependant, il avait vraiment un tête de nazi, avec son air sadique et son visage pas franchement... beau. En attendant sa réponse, je m'assis sur un banc tout proche et le fixai dans les yeux, comme pour lui lancer un "défi".
Revenir en haut Aller en bas
 • ADMIN •  Personnel lycée


Voir le profil de l'utilisateur

Liens du Personnage
~ ~:
avatar

• ADMIN •
Personnel lycée
MessageSujet: Re: La Révélation. [PV Otto Günsche]   Mer 3 Juil - 14:18

Quatre heures du mat'. Comme d'habitude. Je me lèvai, remis plus ou moins mon lit en état, juste pour dire que la couverture soit dessus et pas par terre, puis je filai dans la salle de bains. Je jetai un regard par la fenêtre. Il faisait noir, d'un ciel sans étoiles, et je pouvais distinguer quelques nuages gris qui arpentaient cette masse noire infinie. Je passai mon visage sous l'eau glacée, me rafraîchis sous la douche, avant de m'habiller lentement. Qu'allais-je faire aujourd'hui ? Nous étions samedi, je n'allais donc pas au lycée. Il fallait dire qu'à quatre heures du matin, on avait encore du temps devant soi... Je m'habillai simplement : un tee-shirt noir et un jean, puis j'enfilai mes Converse noires. Je pris cependant soin de mettre un tee-shirt à longues manches pour cacher ce qu'il y a à cacher. Je n'oubliai pas d'appliquer une couche généreuse d'anti-cernes - d'ailleurs il faudra que j'en rachète, il ne m'en reste que deux tubes. Pensif, je passai doucement mon doigt sur les dessins gravés deux ans plus tôt sur le miroir. « Quel con... »

Je décidai de mettre mon couteau dans ma poche et de ne pas prendre de sac pour éviter de m'encombrer sans raison. De toute façon, je suppose que je vais encore passer ma journée au bar pour boire des Krombacher. Je sortis, grimpai dans ma vieille Volkswagen - que j'aime - puis, sans prendre la peine de toucher au frein à main, j'appuyai sur la pédale de droite ( parce que le frein à main marche plus ). Comme à mon habitude, je conduisis comme un taré sans prendre la peine de ralentir dans les tournants. Je ne savais pas ou j'alais, mais conduire me détendait tellement que j'en oubliais mon ennui. Je ne pouvais même pas dire que j'allais regarder Sturm der Liebe, c'est demain. Enfin soit.

- CONNASSE !

Une salope venait de me couper la route, et si j'avais pas freiné en plein milieu de la grand route, je lui aurais rentré dedans, et là je pouvais dire au revoir à ma VW, et elle à sa vie ! Je lui fis mon plus beau doigt d'honneur tandis que j'entendais les connards klaxonner derrière pour que je redémarre. Je bougeais mon doigt en direction du rétroviseur pour que les charmantes personnes derrière puissent en profiter aussi. Du coup, je redémarrai trois fois plus vite vu que j'étais énervé. Arrivé au bar, je commandai une Krombacher à Alex qui me l'apporta sans broncher, remarquant que je n'étais pas d'humeur. Vu que j'étais un habitué du bar à cinq heures du mat', je peux vous dire qu'ils savaient tous quand j'étais d'humeur à plaisanter ou pas. Au lieu d'une bière, il m'en apporta six que je bus d'une traite avant de partir sans payer, vu que premièrement, j'avais oublié mon fric et deuxièmement, je savais que ces couilles molles ne broncheraient pas. Je retournai à la voiture et sortis le programme du cinéma de la boîte à gants pour voir ce qu'il y avait aux séances de six heures.

Voilà donc comment, après un film carrément nul, je me rendis au parc puisqu'il y avait du soleil. Il devait être un peu moins de midi, et je décidai de me coucher dans l'herbe pour me détendre. Je finis par m'endormir - effet bière plus lever à quatre heures du mat'. Une bourrasque me réveilla brusquement. C'était décidé : j'allais rentrer à la maison et regarder un DvD : soit "Die Welle", soit "Der Untergang", soit "Das Boot' : trois films épouvantablement déprimants mais dont je ne savais pas me passer. Je me levai, et d'un pas décidé, me dirigeai vers la sortie, quand je vis une silhouette de ma connaissance. Je me rendis vite compte qu'il s'agissait de la Juive de l'autre jour, qui avait foutu mes vêtements au feu. Je fis mine de l'ignorer, mais je dus me diriger vers elle pour sortir. Complètement absorbée par son portable, elle me bourra dedans. Je me retins de lui dire : « ben tiens, on est trop concentré par Sarah qui te demande si tu vas à sa bat-mitsva ? ». Elle me regarda comme si elle m'avait jamais vu, et son regard curieux finit par se transformer en regard de défi.

- Salut.

Elle s'assit sur un banc sans décoller son regard du mien. Sans baisser les yeux et sans aucune expression, je la saluai à mon tour.

- Salut.

Je n'étais vraiment pas d'humeur à parler avec des gens que j'aimais pas ( et qui ne m'aimaient pas non plus ), mais comme je m'ennuyais tout de même... Je m'assis sur le banc d'en face et la fixai encore.

- T'as l'air un peu moins bourrée que l'autre jour...

_ _ _ _________________ _ _ _

présentation ♣️ liens ♣️ rps

OTTO HEINRICH GÜNSCHE
« Wollt ihr mich sehen, so schließt die Augen. Wollt ihr mich hören, so lauscht dem Wind... Wollt ihr mich sehen, schaut in die Sterne. Wollt ihr mich hören, kommt an den Fluss. »

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
 

La Révélation. [PV Otto Günsche]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Histoire attendrissante de Cornelia Otto Schutt Ti Corn une Haitiano-Allemande
» La délation peut elle être une bonne chose...
» Contre la délation
» La grande révélation
» VIDEO Historique , ha la nostalgie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• CRÉE TA VIE ::  :: Parc Disturby-